Athena s'apprêtant à écrire
Athena getting ready to write

A T H E N A

 

Jeu de citations

Adler
Alain
Almqvist
Américo
Amiel
Anaxagore
Anouilh
Apollinaire
Aragon
Aubry
Augustin (saint)
Bacon
Balandier
Balzac
Baudelaire
Beaumarchais
Bergson
Bernard
Bezruč
Bible
Boileau
Borchert
Bossuet
Bourdieu & Passeron
Boutros-Ghali
Bouvier
Breton
Bufalino
Bulgakov
Burns
Butor
Calaferte
Camus
Čapec
Cavanna
Céline
Cendrars
Chateaubriand
Cholokhov
Coluche
Coran
Corneille
Cyrano de Bergerac
Darwin
De Gaulle
De Pourtalès
Descartes
Diderot
Dostoievski
Einstein
Einstein & Infeld
Eliade
Eluard
Emmanuel
Épicure
Étiemble
Érasme
Flaubert
France
Freud
Friedel
Gary (Ajar)
Gide
Goblot
Goethe
Grisoni
Guercino
Heisenberg
Héraclite
Horace
Hugo
Ikonnikov
Ilf & Petrov
Jacquard
Jardin
Jarry
Jaspers
Jomini
Jung
Kant
Khayyam
Klee
Kuenlin
La Bruyère
La Fontaine
Lagneau
Lamartine
Lanson
La Tour du Pin
Lautréamont
Léautaud
Leibniz
Le Pen
Lichtenberg
Lucrèce
Malebranche
Malraux
Marcel
Marcuse
Marx
Maurois
Michaux
Mitterand
Molière
Montaigne
Montesquieu
More
Musil
Neruda
Nerval
Niemöller
Nietzsche
Ovide
Paracelse
Pascal
Peter & Hull
Piaget
Pie IX
Pierre (abbé)
Platon
Proust
Rabelais
Racine
Ramuz
Rimbaud
Robbe-Grillet
Ronsard
Roud
Rousseau
Routhier
Ruiz Zafón
Saadi
Saint-Denys Garneau
Saint-Exupéry
Salluste
Sarkozy
Sartre
Schiller
Sénèque
Shakespeare
Spinoza
Steinbeck
Stendhal
Teilhard de Chardin
Tolstoï
Tournier
Troyat
Valéry
Vallès
Vercors
Verlaine
Vian
Villon
Voltaire
Waltari
Wilde
Yourcenar
Ziegler
Zinoviev
Zobrist
Zola

 

DOSTOIEVSKI, Fiodor (1821 - 1881)

 

   "Dans l'amour abstrait de l'humanité, on n'aime presque toujours que soi,"
   Dostoïevski, L'Idiot, III, 10, p. 218, éd. Babel

   "(...) que doit faire le romancier avec les gens normaux, absolument "ordinaires" , et comment doit-il les présenter à son lecteur afin de les rendre un tant soit peu intéressants? Les oublier complètement dans un récit est vraiment impossible parce que les gens "ordinaires" forment à tout instant, et dans la majorité des cas, les maillons de la chaîne des événements de la vie quotidienne; ainsi, en les passant sous silence, nous enfreindrons la vraisemblance. Ne remplir les romans que de types, ou même, simplement, pour l'intérêt, que de gens bizarres et inventés serait invraisemblable, voire, sans doute, sans intérêt. Nous pensons que l'écrivain doit chercher des nuances intéressantes et pleines d'enseignement jusque chez les gens les plus banals. Et quand, par exemple, l'essence même de certaines personnes ordinaires réside justement dans leur banalité constante et perpétuelle, ou, mieux encore, quand, malgré tous les efforts surhumains de ces personnes pour sortir, coûte que coûte, des ornières de la routine et de la banalité, elles finissent, de toute façon, par rester inchangées et immuables dans leur routine - alors ces personnes-là finissent par acquérir un certain genre de caractère typique - comme une banalité qui ne veut pour rien au monde rester banale et veut, coûte que coûte, devenir originale et indépendante, sans posséder le début d'un moyen de devenir indépendante."
   Dostoïevski, L'Idiot, IV, 1, p. 229, éd. Babel

   "Il y a toute une foule d'écrivains qui adorent parler par voie de presse de leur amitié avec de grands écrivains décédés."
   Dostoïevski, L'Idiot, IV, 6, p. 348, éd. Babel

   "Stavroguine s'il croit ne croit pas qu'il croit. Et s'il ne croit pas, il ne croit pas qu'il ne croit pas."
   Dostoievski, Les Possédés, III, 6, p. 627 (Le Livre de Poche)
   "Ставрогин если верует, то не верует, что он верует. Если же не верует, то не верует, что он не верует."

   "Si Dieu existe, toute volonté est Sienne et je ne puis sortir de Sa volonté. S'Il n'existe pas, toute la volonté est mienne et j'ai le devoir d'affirmer ma propre volonté."
   Dostoievski, Les Possédés, III, 6, p. 628 (Le Livre de Poche)
   "Если бог есть, то вся воля его, и из воли его я не могу. Если нет, то вся воля моя, и я обязан заявить своеволие."

   "... l'attribut de ma divinité est ma volonté! C'est tout ce par quoi je puis manifester sur le point capital mon insoumission et ma terrible liberté nouvelle."
   Dostoievski, Les Possédés, III, 6, p. 631 (Le Livre de Poche)
   "... атрибут божества моего — Своеволие! Это всё, чем я могу в главном пункте показать непокорность и новую страшную свободу мою."

   "- Je pense que si le diable n'existe pas, s'il a été créé par l'homme, celui-ci l'a fait à son image.
- Comme Dieu, alors?"
   Dostoievski, Les Frères Karamazov (1879), V, éd. Poche, t. I, p. 281.

   "Ne te lasse pas d'agir. Si tu te souviens la nuit, avant de t'endormir, que tu n'as pas accompli ce qu'il fallait, lêve-toi aussitôt pour l'accomplir."
   Dostoievski, Les Frères Karamazov (1879), VI, éd. Poche, t. I, p. 372

   "Je n'ai rien contre Dieu. Certainement, Dieu n'est qu'une hypothèse... mais... je reconnais qu'il est nécessaire à l'ordre... à l'ordre du monde et ainsi de suite... et s'il n'existait pas, il faudrait l'inventer."
   Dostoievski, Les Frères Karamazov (1879), X, 6, éd. Poche, t. II, p. 190

   "Mais alors, que deviendra l'homme, sans Dieu et sans immortalité? Tout est permis, par conséquent tout est licite?"
   Dostoievski, Les Frères Karamazov (1879), XI, éd. Poche, t. II, p. 231

   "- Impossible, soit, mais faites-le."
   Dostoievski, Les Frères Karamazov (1879), Epilogue, éd. Poche, t. II, p. 415