Athena s'apprêtant à écrire
Athena getting ready to write

A T H E N A

 

Jeu de citations

Adler
Alain
Almqvist
Américo
Amiel
Anaxagore
Anouilh
Apollinaire
Aragon
Aubry
Augustin (saint)
Bacon
Balandier
Balzac
Baudelaire
Beaumarchais
Bergson
Bernard
Bezruč
Bible
Boileau
Borchert
Bossuet
Bourdieu & Passeron
Boutros-Ghali
Bouvier
Breton
Bufalino
Bulgakov
Burns
Butor
Calaferte
Camus
Čapec
Cavanna
Céline
Cendrars
Chateaubriand
Cholokhov
Coluche
Coran
Corneille
Cyrano de Bergerac
Darwin
De Gaulle
De Pourtalès
Descartes
Diderot
Dostoievski
Einstein
Einstein & Infeld
Eliade
Eluard
Emmanuel
Épicure
Étiemble
Érasme
Flaubert
France
Freud
Friedel
Gary (Ajar)
Gide
Goblot
Goethe
Grisoni
Guercino
Heisenberg
Héraclite
Horace
Hugo
Ikonnikov
Ilf & Petrov
Jacquard
Jardin
Jarry
Jaspers
Jomini
Jung
Kant
Khayyam
Klee
Kuenlin
La Bruyère
La Fontaine
Lagneau
Lamartine
Lanson
La Tour du Pin
Lautréamont
Léautaud
Leibniz
Le Pen
Lichtenberg
Lucrèce
Malebranche
Malraux
Marcel
Marcuse
Marx
Maurois
Michaux
Mitterand
Molière
Montaigne
Montesquieu
More
Musil
Neruda
Nerval
Niemöller
Nietzsche
Ovide
Paracelse
Pascal
Peter & Hull
Piaget
Pie IX
Pierre (abbé)
Platon
Proust
Rabelais
Racine
Ramuz
Rimbaud
Robbe-Grillet
Ronsard
Roud
Rousseau
Routhier
Ruiz Zafón
Saadi
Saint-Denys Garneau
Saint-Exupéry
Salluste
Sarkozy
Sartre
Schiller
Sénèque
Shakespeare
Spinoza
Steinbeck
Stendhal
Teilhard de Chardin
Tolstoï
Tournier
Troyat
Valéry
Vallès
Vercors
Verlaine
Vian
Villon
Voltaire
Waltari
Wilde
Yourcenar
Ziegler
Zinoviev
Zobrist
Zola

 

TOLSTOI, Léon (1828-1910)

   "Война не любезность, а самое гадкое дело в жизни, и надо понимать это и не играть в войну. Надо принимать строго и серьезно эту страшную необходимость. Всё в этом: откинуть ложь, и война так война, а не игрушка. А то война – это любимая забава праздных и легкомысленных людей… Военное сословие самое почетное. А что такое война, что нужно для успеха в военном деле, какие нравы военного общества? Цель войны – убийство, орудия войны – шпионство, измена и поощрение ее, разорение жителей, ограбление их или воровство для продовольствия армии; обман и ложь, называемые военными хитростями; нравы военного сословия – отсутствие свободы, то есть дисциплина, праздность, невежество, жестокость, разврат, пьянство. И несмотря на то – это высшее сословие, почитаемое всеми. Все цари, кроме китайского, носят военный мундир, и тому, кто больше убил народа, дают большую награду… Сойдутся, как завтра, на убийство друг друга, перебьют, перекалечат десятки тысяч людей, а потом будут служить благодарственные молебны за то, что побили много людей (которых число еще прибавляют), и провозглашают победу, полагая, что чем больше побито людей, тем больше заслуга. Как бог оттуда смотрит и слушает их!"
   Лев Николаевич Толстой, Война и мир, том 3, часть 2, XXV, ст. 219-220, Москва, Издательство "Правда", 1987

   "La guerre n'est pas de la galanterie mais la chose la plus abjecte de la vie, et il faut le comprendre et ne pas jouer à la guerre. Il faut accepter cette terrible nécessité gravement et sérieusement. Tout est là: rejeter le mensonge, et la guerre est la guerre et non pas un jouet. Sinon, la guerre est la distraction favorite des oisifs et des frivoles... La caste militaire est la plus honorée de toutes. Or qu'est-ce que la guerre, que faut-il pour réussir dans la carrière des armes, quelles sont les mœurs de la caste militaire? Le but de la guerre est le meurtre, les moyens de la guerre sont l'espionnage, la trahison et son encouragement, la ruine des habitants par le pillage ou le νοl pour le ravitaillement de l'armée; la duperie et le mensonge baptisés du nom de ruses de guerre; les moeurs de la caste militaire sont la suppression de la liberté, c'est-à-dire la discipline, l'oisiveté, l'ignorance, la cruauté, la débauche, l'ivrognerie. Et en dépit de cela c'est une caste supérieure honorée de tous. Tous les rois, sauf l'empereur de Chine, portent l'uniforme militaire et celui-là reçoit les plus hautes récompenses qui a tué le plus de gens... On se rencontre, comme ce sera le cas demain, pour s'entr'assassiner, on massacrera, on estropiera des dizaines de mille hommes, puis on célébrera des services d'action de grâces pour avoir tué beaucoup d'hommes (dont on grossit encore le nombre), et on proclame la victoire en estimant que plus οn en a massacré, plus le mérite est grand. Comment Dieu peut-il de là-haut les voir et les écouter!"
   Léon Tolstoï, La Guerre et la Paix, livre III, partie 2, chapitre 25, p. 268-269, éditions Rencontre 1961 (Soloviev & Haldas), trad. E. Guertik

   "War is not courtesy but the most horrible thing in life; and we ought to understand that and not play at war. We ought to accept this terrible necessity sternly and seriously. It all lies in that: get rid of falsehood and let war be war and not a game. As it is now, war is the favorite pastime of the idle and frivolous. The military calling is the most highly honored. But what is war? What is needed for success in warfare? What are the habits of the military? The aim of war is murder; the methods of war are spying, treachery, and their encouragement, the ruin of a country's inhabitants, robbing them or stealing to provision the army, and fraud and falsehood termed military craft. The habits of the military class are the absence of freedom, that is, discipline, idleness, ignorance, cruelty, debauchery, and drunkenness. And in spite of all this it is the highest class, respected by everyone. All the kings, except the Chinese, wear military uniforms, and he who kills most people receives the highest rewards. They meet, as we shall meet tomorrow, to murder one another; they kill and maim tens of thousands, and then have thanksgiving services for having killed so many people (they even exaggerate the number), and they announce a victory, supposing that the more people they have killed the greater their achievement. How does God above look at them and hear them?"
   Leo Tolstoy, War and Peace, book 10: 1812, from http://www.gutenberg.org/

   "si l'on s'enorgueillit d'avoir des ancêtres, il ne faut pas s'arrêter au prince Rurik, il faut remonter jusqu'au singe. "
    Léon Tolstoï, Anna Karénine, p. 25 éd. Livre de Poche (c'est Stépan Arkadiévitch qui parle)
   [Rurik: prince de Novgorod et symbole fondateur de la Russie]

   "— Soit! Mais, vois-tu, une fois qu'on a compris tout cela clairement, quand on s'est rendu compte qu'il faut mourir, soit aujourd'hui, soit demain, et que fatalement il ne restera rien, tout cela devient bien misérable! Les choses que je considère comme importantes sont, en réalité, aussi insignifiantes que le fait de retourner cette peau d'ours. Pourtant on passe sa vie à se distraire en chassant ou en travaillant, dans le seul dessein de ne pas penser à la mort."
    Léon Tolstoï, Anna Karénine, p. 474 éd. Livre de Poche (c'est Constantin Dmitriévitch Lévine qui parle)

   "— Non, je ne suis pas l'ennemi du mariage, je suis l'ami de la division du travail. Les hommes qui ne sont capables de rien faire doivent propager l'espèce; et les autres, contribuer au développement intellectuel, au bonheur de l'humanité. Telle est mon opinion. Nombre de gens prétendent cumuler ces deux fonctions; pour ma part, je ne suis pas de ce nombre."
    Léon Tolstoï, Anna Karénine, p. 554 éd. Livre de Poche (c'est Katavassov qui parle)

   "Mais toute rémunération disproportionnée au travail est malhonnête."
    Léon Tolstoï, Anna Karénine, p. 719 éd. Livre de Poche (c'est Constantin Dmitriévitch Lévine qui parle)

   "Si le bien a une raison, il cesse d'être le bien. S'il a pour conséquence la récompense, ce n'est pas non plus le bien. Le bien n'existe qu'en dehors de la chaîne des causes et des conséquences."
    Léon Tolstoï, Anna Karénine, p. 760 éd. Livre de Poche (c'est Constantin Dmitriévitch Lévine qui pense)

   "Думаю, что писать надо [...] только тогда, когда мысль, которую хочешь выразить, так неотвязчива, что она до тех пор, пока, как умеешь, не выразишь ее, не отстанет от тебя."
   "Je pense que tu ne dois écrire que lorsque le message que tu veux exprimer est si obsédant qu'il ne te lâche pas jusqu'au moment où  tu n'arrives pas à l'énoncer comme tu le ressens."
   Léon Tolstoï, Lettre du 2 septembre 1908 à Leonid Andreev

   "Если уж писать, то только тогда, когда не можешь не писать."
   "N'écris vraiment que si tu ne peux pas ne pas écrire."
   Léon Tolstoï, Journal, 19 octobre 1909