Athena s'apprêtant à écrire
Athena getting ready to write

A T H E N A


Montesquieu

Lettres persanes

- Lettres persanes
- Table des matières
- Introduction
- Quelques réflexions sur les lettres persanes

Lettres
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10
11 12 13 14 15
16 17 18 19 20
21 22 23 24 25
26 27 28 29 30
31 32 33 34 35
36 37 38 39 40
41 42 43 44 45
46 47 48 49 50
51 52 53 54 55
56 57 58 59 60
61 62 63 64 65
66 67 68 69 70
71 72 73 74 75
76 77 78 79 80
81 82 83 84 85
86 87 88 89 90
91 92 93 94 95
96 97 98 99 100
101 102 103 104 105
106 107 108 109 110
111 112 113 114 115
116 117 118 119 120
121 122 123 124 125
126 127 128 129 130
131 132 133 134 135
136 137 138 139 140
141 142 143 144 145
146 147 148 149 150
151 152 153 154 155
156 157 158 159 160
161        

- Texte complet (html)
- Texte complet (rtf)

- André Lefèvre: Notes et variantes
- André Lefèvre: Index des Lettres persanes
- Marcel Devic: Le calendrier persan
- Ouvrages de André Lefèvre

 

Calendrier
employé dans les Lettres Persanes.

Note de Marcel Devic

    Les Persans possédaient anciennement une année solaire composée de douze mois. Mais le triomphe de l'islamisme mit fin à l'usage du calendrier national et introduisit chez tous les peuples musulmans les noms des mois arabes, qui sont employés dans les Lettres Persanes.
    L'année des Arabes et des musulmans est purement lunaire et ne reçoit point de mois intercalaires comme l'année juive. Elle se divise en douze mois de 29 ou de 30 jours, dont voici les noms, selon la transcription adoptée aujourd'hui:
    Moharrem, Safar, Rébi premier, Rébit second, Redjeb, Cha'ban, Ramadhân (que les Persans prononcent Ramazân), Cheoual, Dhou'l-qa'da (les Persans disent: Zou'l-qadè, Zou'l-hidjè).
    Il est facile de reconnaître dans ces noms ceux qui figurent successivement dans les dates de chaque lettre: Maharram, Saphae, Rébiab 1 et 2, Gemmadi 1 et 2, Régheb, Chahban, Rhamazan, Chaval, Zilcadé, Zilhagé.
    Le défaut absolu de concordance entre cette année lunaire et notre année solaire fait qu'un mois quelconque, celui de Ramadhân, par exemple, qui est celui du carême musulman, tombe successivement en décembre, novembre, octobre, etc., par une avance annuelle de onze à douze jours.
    Les Persans, ainsi que les Arabes, commencent la semaine au dimanche, à l'imitation des Juifs, et par conséquent la finissent au samedi, que les Arabes nomment yaum-el-selbt et les Persans rouz-i-chembeh, c'est-à-dire "jour du sabbat". Le vendredi, qui chez les musulmans est le jour du repos, s'appelle en arabe yaum-el-djouma', "jour de l'assemblée," et en persan adîne'i ou azineh', "fête." Les autres jours n'ont pas de nom particulier; les Arabes disent: premier, second, troisième quatrième cinquième jour (yaum el-ahad, yaum el- ithnéïn, yuam el-thalathâ, yuam el-arba'â, yaum el-khamîs); les Persans: un du sabbat, deux du sabbat, trois du sabbat, quatre du sabbat, cinq du sabbat (yek chembeh, dou chembeh, seh chembeh, tchâr chembeh, pendj chembeh).

    (Cette note est due à l'obligeance de M. Marcel Devic, traducteur d'Antar.)