VOULEZ-VOUS
ABANDONNER
VOS ENFANTS A
BIG GATE?

Texte publié dans la revue du C.I.P.,
Informatique - Informations, no 32, février 1997
(Genève, Suisse)

[liens interrompus supprimés]

Contenu

Rainbow

Lire à son aise.

     Il y a quelque contradiction à ne donner qu'une version écrite sur papier d'un texte qui parle de l'informatique. C'est pourquoi le document suivant existe en deux variantes.

     L'une est destinée à ceux que le monde en évolution désigne désormais comme les "digital homeless", soit que leur situation les prive injustement du plus fabuleux système d'accès à l'information et à la connaissance, soit parce qu'ils repoussent (souvent avec des plaisanteries qui masquent maladroitement leur gêne) une technologie à laquelle ils ne parviennent pas à s'adapter, soit parce qu'ils n'ont pas encore rencontré le guide compréhensif qui les aidera à surmonter les difficultés initiales d'accès au réseau planétaire.

     L'autre, la version électronique et conviviale, peut être consultée aux adresses suivantes:

          http://athena.unige.ch/athena/perroud/publications/cptic_big_gate_97/cip_info.html

          http://hypo.ge-dip.etat-ge.ch/athena/perroud/publications/cptic_big_gate_97/cip_info.html

          http://www.ge-dip.etat-ge.ch/athena/perroud/cip_info.html

Elle comporte des liens dynamiques internes et externes vers d'autres informations, des illustrations qui surchargeraient considérablement le texte imprimé, une adresse électronique qui permet d'envoyer un commentaire. Cette version peut être corrigée, améliorée, complétée: l'éphémérité de ses éléments assure la longévité de l'ensemble. La perfectibilité en temps réel affermit désormais l'autorité du texte.

     Les personnes qui ont des problèmes de vue sont en mesure, grâce à leur "Editor", d'ajuster la taille des caractères, les couleurs ou la luminosité. Les non francophones ont la faculté d'obtenir une traduction acceptable grâce aux "Translators". Les aveugles peuvent prendre connaissance de cet article en le faisant lire par le module idoine de leur "Sound Card" (si vous souhaitez ajuster le ton sur la voix du rédacteur, voici un bref échantillon: [Cliquez iciSonApollinaire, La Victoire]).

     Il est souhaitable de disposer d'un équipement pas trop obsolète, permettant d'accéder confortablement à tous les hyperliens (PC multimédia; 17''x1024x768x256; 16Mb RAM; 10Mb HD libres; 28800 bps modem, Netscape 3, Internet Explorer 3, ou mieux), bien qu'il ne soit pas indispensable de cliquer sur tous les pointeurs; néanmoins, le cas échéant, j'ai pris des dispositions pour vous empêcher de vous égarer.

top

A quoi servent les textes électroniques?

     Au cours de ces dernières années, plusieurs projets de sites littéraires ont vu le jour sur Internet. Ainsi GUTENBERG, aux Etats-Unis, annonce 10000 oeuvres littéraires pour 2001; GUTENBERG-DE édite des écrivains allemands; RUNEBERG publie la littérature scandinave; LIBER LIBER fait connaître les auteurs italiens; ATHENA s'efforce, comme ABU et d'autres sites francophones, de mettre des textes littéraires français à la disposition de la communauté Internet - sans oublier que le privilège de s'exprimer en français n'exclut pas la nécessité de se faire comprendre en anglais. Pierre-Louis Chantre évoque ces ressources virtuelles dans son article L'univers parallèle des bibliothèques virtuelles publié dans l'Hebdo no 7 (février 1997).

     Les textes électroniques représentent un encouragement à la lecture et une participation conviviale à la diffusion de la culture. Ils facilitent l'étude des textes (recherches séquentielles, analyses, comparaisons, préparation de matériel didactique) pour la personne qui doit effectuer une RECHERCHE: préparer un cours, un exposé, un commentaire, des transparents. Ils sont un bon complément au livre imprimé - celui-ci restant irremplaçable lorsqu'il s'agit de LIRE.

     A ce sujet, une expérience intéressante a été menée récemment: une oeuvre de Hugo et une oeuvre de Rousseau ont été dactylographiées par des collégiens; plusieurs ont exploité les ressources du texte électronique pour l'analyse littéraire; aucun n'a souhaité utiliser le livre digital pour la lecture!

     Nous nous sommes rendu compte, une fois de plus, que le livre demeurait un compagnon mystérieusement sacré vers lequel convergent de profonds symboles: on le serre dans la main, on le porte contre soi, on le regarde avec admiration; sa petitesse nous rassure autant que son contenu nous impressionne; sa fragilité renferme une densité qui nous fascine; comme l'homme il craint l'eau et le feu, mais il a le pouvoir de mettre la pensée de celui-là à l'abri du Temps.

          Cependant on ne peut ignorer les transformations constantes du monde actuel. Celles-là ne connaissent aucun répit; il n'y a pas de paliers. Tout change continuellement, partout et d'une façon accélérée. Certains parlent de technologies du futur alors qu'il s'agit de celles du présent dans lequel ils refusent de vivre. Les technologies du futur ne sont pas celles qui nous émerveillent aujourd'hui; ce sont celles que l'on ne connaît pas et qui sortiront dans six mois ou dans deux semaines, bouleversant notre existence. Face à cette situation nous devons fournir à nos élèves des moyens pour entrer dans un monde non pas nouveau, mais en constant renouvellement. Ceux qui désirent hiberner ne doivent pas faire courir aux autres le risque de se retrouver démunis.

     C'est la raison pour laquelle, avec des moyens extrêmement limités, des essais d'initiation à l'utilisation des ressources informatiques ont été tentés. Voici quelques exemples concrets très simples et non développés dans ces pages, faute de place et de temps.

top

Des exemples au lieu des mots.

     Remarque. Les six exemples qui suivent sont destinés à informer; c'est pourquoi ils sont simples. Les expériences ont été réalisées, en partie, avec des étudiants du Collège Voltaire, à Genève. Les utilisateurs expérimentés savent procéder à des opérations beaucoup plus complexes - et captivantes! - avec les textes électroniques.

     1. Il ne faut pas laisser le temps au Temps.

     En vue de la préparation d'une étude thématique nous avons recherché dans une oeuvre la présence de certains termes et examiné leur contexte. Imaginons que nous portions notre attention sur le mot "temps" dans Les Fleurs du Mal, dont il existe une version électronique. La commande "Rechercher" du browser ou de l'éditeur de texte indique en quelques secondes de très nombreuses occurrences, par exemple: "- O douleur! ô douleur! Le Temps mange la vie,"; "le Temps, injurieux vieillard,"; "le Temps m'engloutit minute par minute"; "le Temps est un joueur avide"; "l'ennemi vigilant et funeste, Le Temps!".

     Ces citations, leur contexte, leur référence, apparaissent alors comme un utile matériel d'étude et de recherche. Les passages peuvent être sélectionnés, copiés, transposés, juxtaposés, comparés. Cela permet d'épargner beaucoup de temps lors de la préparation de cours, de documents, d'acétates. Les heures ainsi libérées peuvent alors être consacrées à la réflexion, à la recherche, à l'invention: c'est une fête pour l'intelligence!

     2. Comment démasquer Tartuffe?

     L'ordinateur attire parfois notre attention sur des données inattendues et nous procure de bonnes gueltes. Une fois, je recherchai la référence exacte de la réplique de Tartuffe: "Couvrez ce sein que je ne saurais voir." La requête "sein" me fournit la réponse attendue avec, en prime, une information importante: une grande quantité d'occurrences du mot "dessein"; cette aubaine me permit de réorganiser un cours sur l'hypocrisie et la morale de l'intention dans le Tartuffe.

     3. Quand l'écheveau est emmêlé.

     Les oeuvres électroniques déjà existantes peuvent être utilisées pour l'examen de passages complexes, tout en nous épargnant le souci de dilapider du temps en travail de dactylographie. Le texte affiché devient dynamique, mobile, déplaçable; cela permet de mettre en évidence la complexité de certaines structures; l'analyse et la lecture sont alors facilitées.

     Ainsi la phrase de Montaigne:

     "Je ne touche pas icy et ne mesle point à cette marmaille d'hommes que nous sommes et à cette vanité de désirs et cogitations qui nous divertissent, ces ames venerables, eslevées par ardeur de devotion et religion à une constante et conscientieuse meditation des choses divines, lesquelles, preoccupans par l'effort d'une vifve et vehemente esperance l'usage de la nourriture eternelle, but final et dernier arrest des Chrestiens desirs, seul plaisir constant, incorruptible, desdaignent de s'attendre à nos necessiteuses commoditez, fluides et ambigues, et resignent facilement au corps le soin et l'usage de la pasture sensuelle et temporelle. C'est un estude privilegé. Entre nous, ce sont choses que j'ay tousjours veuës de singulier accord: les opinions supercelestes et les moeurs sousterraines." (Montaigne, Essais, III, 13, p. 1095 éd. Pléiade)

     peut être, provisoirement, affichée d'une manière plus lisible pour en faciliter l'étude; cliquer ici pour voir un aperçu!

     4. Des petits malins.

     Un groupe d'étudiants de section artistique devait préparer une explication d'un texte assez difficile de Pascal. Ils ont eu l'idée d'utiliser le texte anglais des Pensées, disponible sur Internet et traduit par W. F. Trotter. La version du spécialiste leur a permis de comprendre certains mots qu'ils saisissaient maladroitement en français (par exemple le mot empire dans la phrase: "Les grands génies ont leur empire" devient "Great geniuses have their power"). Pour comprendre le sens de certains termes, ils ont recherché toutes les occurrences de ceux-ci et procédé à une analyse par recoupements. Ils ont même traduit le texte anglais en français pour analyser les écarts de compréhension avec le texte original!

     Demain, qu'on le veuille ou non, ils iront chercher, avec ou sans guide, de grandes quantités d'information en ligne; ils seront les élèves des meilleurs professeurs virtuels. Un réseau espiègle va leur permettre d'échapper, le cas échéant, à l'incompétence et à l'ennui intronisés: ceux qui ont soif d'apprendre délaisseront ceux qui restent figés dans l'enseignement. Remarquez-vous que demain intensifie sa pression sur le présent?

     5. La naissance concrète d'un texte virtuel.

     Les élèves n'ont pas attendu le feu vert de l'Instruction publique pour avoir une connexion à domicile et ainsi devancer et déborder l'enseignement. Le retard pris en informatique s'amplifie rapidement car, dans ce domaine, il suffit de peu de temps pour creuser de grands écarts. Nous sommes donc réduits à aider les élèves à réorganiser les connaissances acquises empiriquement hors de l'école: apprendre d'une part à chercher, sans perte de temps, celles qui sont utiles et, d'autre part, à fournir de l'information consistante. Il s'agit alors autant d'un cours de déontologie que d'un cours d'informatique.

     Dans ce cadre, des collégiens ont appris à créer une page web individuelle, offrant autre chose que des adresses, des heures de rendez-vous, des énumérations de goûts personnels. Leur page contient de l'information consistante, en l'occurrence des grands textes de la littérature française dont la réalisation n'a été possible que grâce à un travail collectif important.

     Ces textes, comme Atala, sont le résultat d'un véritable travail d'édition, original, personnalisé, avec des liens hypertextuels pratiques (table des matières dynamique, accès rapide aux notes, iconographie). C'est une tâche interdisciplinaire qui met en jeu des connaissances appartenant aux domaines de l'informatique (utilisation des programmes, dactylographie), de la littérature (connaissance d'un auteur, respect strict de son texte), de la langue (orthographe, corrections multiples, etc.), des droits d'auteur (utiles mises en garde), de la photographie (changement de couleurs des images).

     Par la pratique, ces utilisateurs découvrent que l'important est de mettre l'informatique au service de la littérature et non l'inverse: le texte en ligne pourra encore être corrigé, amélioré, mis à jour, enrichi en temps réel: sa fragilité même permet d'assurer le renouvellement de sa fiabilité.

     6. Les absents sont présents.

     Quelques étudiantes ont profité des avantages du courrier électronique pour continuer leurs études pendant des absences de longue durée (congé maternité). Ainsi le travail n'a pas été complètement interrompu, ni la préparation aux examens. Certains documents étaient magnifiquement présentés; ces personnes ont même pensé à annexer, en pièces jointes, les polices de caractères spéciales qu'elles avaient utilisées afin que l'affichage soit adéquat chez le lecteur. Dans les circonstances actuelles, le recours à l'e-mail ne peut pas être généralisé; mais l'expérience, réalisée dans une situation d'urgence, a été concluante.

top

La culture ne somnole pas.

     Le système éducatif est un facteur essentiel de la cohésion nationale; il est regrettable que ce soient d'autres pays qui fournissent la majeure partie de l'information en ligne dont nous avons besoin. Si nous n'offrons pas ces connaissances, nos élèves iront les chercher auprès d'autres fournisseurs, ce qu'ils font d'ailleurs déjà. Nous pouvons éviter la fuite des "requêtes" en effectuant nous-mêmes le ravitaillement; par là nous pourrons maîtriser, un peu, le sens que l'on veut donner, ou conserver, à notre culture - sans contester aux autres le droit et le plaisir de s'y intéresser.

     Bill Gates, ce grand frère intelligent et bonhomme, veille sur notre formation intellectuelle. C'est lui qui décide de la teneur des informations géographiques, musicales, littéraires, etc. qui seront susceptibles de nous convenir. C'est lui qui, maintenant, distribue les cartes routières d'Europe, les dictionnaires "Larousse", nos correcteurs d'orthographe ou les airs de nos hymnes nationaux. Voulons-nous vraiment abandonner notre patrimoine à Microsoft, AOL ou Compuserve? Voulez-vous leur abandonner définitivement l'éducation de vos enfants?

     Jean-Robert Bettens écrivait très justement dans Informatique Informations, numéro 29, de mars 1996, p. 21: "Une université qui ne ferait que prendre l'information sans en fournir verrait son image, sur le Net, se flétrir rapidement". Si l'on ne trouve rien ou presque sur nos sites, nous ne pourrons éviter le problème majeur de la fuite des demandes d'information; les internautes prendront l'habitude d'ignorer les ports suisses peu attrayants. Pourtant, les coups de semonce sont clairs: le Yomiyuri Shimbun (le plus grand quotidien japonais - 10 millions d'exemplaires), après avoir évoqué les textes d'ATHENA, fustige l'égoïsme des Français, dans son article du 7 novembre 1996 sur les sites Internet: "En voulant trop en faire une affaire nationale, qui exprimerait aussi par ailleurs l'antipathie qu'ils ont envers les Anglais, les Français ont tendance à freiner la propagation de leur culture. Cela est très regrettable."

     La Suisse, qui disposait pourtant d'un formidable potentiel technologique (horlogerie, micromécanique, optique, électronique) a laissé échapper l'aubaine informatique lorsqu'il était temps de se lancer dans la production de hardware et de software. Maintenant, ce pays qui compte le plus de prix Nobel par habitant (Suède exceptée) est en train de manquer un autre virage: la fourniture d'information et le développement des technologies de l'éducation. Je vous invite à lire le texte de la conférence de Dale Spender, du 6 septembre 1996: Creativity and the computer education cet article a été sauvegardée ici). On constate que les reproches seront vraisemblablement très lourds à l'égard de ceux qui n'auront pas eu la capacité de prendre des décisions dynamiques optimales adaptées à un monde en évolution, non linéaire, très rapide. Déjà le vent gronde contre ce manque de prévision, ainsi que le montre la publication d'une interview d'Yves Pigneur, dans l'Hebdo du 1er janvier 1997: La Suisse est larguée! A Genève, l'adoption récente, par le Conseil d'Etat, des 20 propositions MOREL va peut-être améliorer la situation - si celles-là sont mises en oeuvre à temps car Internet ne se nourrit pas de flatus vocis. Toutefois, à ce jour, la réalité timide reste bien en deçà des suffisantes déclarations. Reste donc le travail considérable à effectuer afin de fournir de l'information visible et intéressante pour attirer les cyberstudents, claire et fiable pour les retenir, mise à jour et renouvelée pour les inciter à revenir.

     Dans ce contexte, la chouette d'ATHENA, avec son know-how-and-where, reste éveillée.

               Pierre Perroud

top

Créé: 1996.12.09
Rév.: 1998.05.04

[Publications P. Perroud]

rainbow

[Athena]   [Publications]

Send comments on page to mail_pp_unige
Copyright © 1986, 1994, 1996 ATHENA - Pierre Perroud. All Rights Reserved.

Owl