La Liberté, Fribourg, 6 août 2014

Le ciment de la cohésion (1)

    CONFÉDÉRATION SUISSE. Notre pays ferait vraiment dausse route s'il négligeait l'enseignement des langues nationales.

     Je me souviens d'une randonnée dans la région de Tinizong. Après des heures de marche silencieuse nous arrivâmes dans la solitude minérale de l'Alp Parsettens. Walter tendit soudain sa main osseuse et me dit "essans amihs!" Je répondis: "nous sommes amis!" J'eus l'impression que l'écho de cette simplicité était renvoyé par le Säntis, le Basòdino, les Vanils... Le vers de Schiller "Wir wollen sein ein einzig Volk von Brüdern" étincelait; je ressentais l'accord des habitants de ce pays entre eux et avec les éléments: les montagnes et leur air, les lacs paisibles, les feux du 1er août.

    Aux quatre forces de la nature énoncées par les physiciens (gravité, etc.) j'ai envie d'ajouter la "force suisse", celle qui soude des populations différentes. Pas de risque centrifuge comme ailleurs. Au contraire, une volonté nous relie et nous lie.

    L'entente est due au Respect des coutumes et des langues. L'enseignement d'une deuxième langue nationale permet à chacun de faire l'effort de comprendre l'autre au lieu de l'ignorer.

    J'ai récemment vu un panneau "Pays de Fribourg Freibürgerland" dont le texte allemand avait été biffé par un crétin. Si l'on niait nous aussi le lien à la langue maternelle, on en arriverait à une situation d'oppression à l'ukrainienne: Alexandre changé en Olex, Ekaterina en Carinè; idem avec les noms de villages, les documents. Comme les russophones, nous nous révolterions; et dégâts de s'ensuivre.

     Espérons que certains parlementaires aient enfin la sagesse de comprendre que l'enseignement des langues nationales est une infrastructure qui cimente la cohésion de notre pays.

     Pierre Perroud

     (1) Titre et commentaires de la Rédaction.

rainbow

[Athena]   [Publications]

Send comments on page to mail_pp_unige
Copyright © 1986, 1994, ATHENA - Pierre Perroud. All Rights Reserved.

Owl