Athena s'apprêtant à écrire
Athena getting ready to write

A T H E N A


Jodelle

- Cleopatre captive
- Personnages
- Prologue
- Acte I
- Acte II
- Acte III
- Acte IV
- Acte V
- Texte complet
- Texte complet (rtf)

 

PROLOGUE.

 

Puis que la terre (ô Roy des Rois la crainte)
Qui ne refuse estre à tes loix estrainte,
De la grandeur de ton sainct nom s'estonne,
Qu'elle a gravé dans sa double colonne:
Puis que la mer qui te fait son Neptune,
Bruit en ses flots ton heureuse fortune,
Et que le Ciel riant à ta victoire
Se voit mirer au parfait de ta gloire:
Pourroyent vers toy les Muses telles estre,
De n'adorer & leur pere & leur maistre?
Pourroyent les tiens nous celer tes loüanges,
Qu'on oit tonner par les peuples estranges?
Nul ne sçauroit tellement envers toy
Se rendre ingrat, qu'il ne chante son Roy.
Les bons esprits que ton pere forma,
Qui les neuf Sœurs en France ranima,
Du pere & fils se pourroient ils bien taire,
Quand à tous deux telle chose a peu plaire?
Lors que le temps nous aura presenté
Ce qui sera digne d'estre chanté
D'un si grand Prince, ains d'un Dieu dont la place
Se voit au Ciel ja monstrer son espace.
Et si ce temps qui toute chose enfante,
Nous eust offert ta gloire triomphante,
Pour assez tost de nous estre chantee,
Et maintenant à tes yeux presentee,
Tu n'orrois point de nos bouches sinon
Du grand Henry le triomphe & le nom.
Mais pour autant que ta gloire entendue
En peu de temps ne peut estre rendue:
Que dis-je en peu? mais en cent mille annees
Ne feroyent pas tes loüanges bornees,
Nous t'apportons (ô bien petit hommage)
Ce bien peu d'œuvre ouvré de ton langage,
Mais tel pourtant que ce langage tien
N'avoit jamais dérobbé ce grand bien
Des autheurs vieux: C'est une Tragedie,
Qui d'une voix & plaintive & hardie
Te represente un Romain Marc Antoine,
Et Cleopatre Egyptienne Roine:
Laquelle apres qu'Antoine son ami
Estant desja vaincu par l'ennemi,
Se fust tué, ja se sentant captive,
Et qu'on vouloit la porter toute vive
En un triomphe avecques ses deux femmes,
S'occit. Ici les desirs & les flammes
Des deux amans: d'Octavian aussi
L'orgueil, l'audace & le journel souci
De son trophee emprains tu sonderas,
Et plus qu'à luy le tien egaleras:
Veu qu'il faudra que ses successeurs mesmes
Cedent pour toy aux volontez suprémes,
Qui ja le monde à ta couronne voüent,
Et le commis de tous les Dieux t'avoüent
Reçoy donc (SIRE) & d'un visage humain
Prens ce devoir de ceux qui sous ta main,
Tant les esprits que les corps entretiennent,
Et devant toy agenouiller se viennent:
En attendant que mieux nous te chantions,
Et qu'à tes yeux sainctement presentions
Ce que ja chante à toy le fils des Dieux,
La terre toute, & la mer, & les Cieux.

 

   [Le texte se fonde sur l'édition de Charles Marty-Laveaux (Paris: Lemerre, 1868), t. I: 93-115, qui utilise les premières éditions imprimées, de 1574 et 1583, où la seconde corrige la première. Texte transcrit par G. Mallary Masters (UNC, Chapel Hill); corrections faites par G. Mallary Masters, Adam Gori, et Michel Porterat.].